monaco_toulouse_french_league_

Résumé de la 17e journée de ligue 1 :

On approche de la trêve hivernale mais il reste encore quelques matchs de Ligue 1. Commençons d’abord par l’habituelle renconre du vendredi qui opposait Monaco à Toulouse. Et petite surprise côté monégasque puisque Jardim a décidé d’aligner Toulalan au côté d’Abdenour en défense centrale.

Les Toulousains dominent ce début de rencontre mais sans pour autant mettre en danger les Monégasques. Mais très vite, Monaco reprend le jeu à son compte et se procure la première belle occasion : bien servi par Moutinho, Silva plonge dans le dos dans la défense et efface Ahamada d’un subtil crochet. Il manque de peu d’ouvrir le score grâce à un sauvetage de Spajic sur la ligne (25e). Plus en vue offensivement, Monaco finira par inscrire le premier but par Berbatov juste avant la mi-temps grâce à une très belle frappe de l’extérieur du pied droit, seul au deuxième poteau (45e).
En seconde période, un fait de jeu aurait pu changer le cours du match. En effet, l’arbitre de la rencontre Mr Lesage estime que la main de Toulalan dans la surface est involontaire, malgré le fait que son bras soit décollé. (66e) A l’inverse, c’est un pénalty sifflé de l’autre coté de la surface qu’accorde l’arbitre. Berbatov se chargera de le transformer pour son doublé dans la rencontre (77e). Monaco l’emportera finalement 2 à 0 face à Toulouse et revient à 4 points du podium.

Le PSG quand à lui recevait le FC Nantes qui restait sur 2 revers consécutifs. Ce sont pourtant les Nantais qui ouvrent le score au Parc, une première depuis aout 2013. Alejandro Bedoya, seul à 25 mètres des buts de Sirigu, décoche une sublime frappe qui vient se loger dans la lucarne droite des buts Parisiens (8e). Stupeur dans le stade où les supporters ne s’attendaient certainement pas à ce début de match.

Et le cauchemar aurait pu s’empirer suite à une faute grossière de Verrati sur Georges-Kevin Nkoudou bien lancé sur le côté gauche (11e). Paris s’en sort bien puisque l’Italien ne recevra qu’un carton jaune alors que le rouge aurait été plus logique. Puis, dans la minute qui suit, Nantes se voit refuser un coup franc suite à une faute peu évidente de Vizcarrondo (12e). Les Parisiens se ressaisissent et égaliseront à la 38e. Bien servi par Lucas, Zlatan Ibrahimovic coupe au premier poteau pour tromper Riou et revenir sur le FC Nantes au tableau d’affichage. C’est d’ailleurs lui qui inscrira le 2e but Parisien d’un coup-franc puissant dont il a le secret très tôt dans la seconde période (47e) ce qui assomma complètement Nantes. Paris l’emportera finalement 2 buts a 1 dans un match où les décisions arbitrale auront eu  encore eu une influence forte sur la rencontre.

Le leader Marseillais, pour le dernier match de la 17e journée, affrontait le FC Metz sur sa pelouse pour récupérer sa place de leader suite à la victoire du PSG.

Comme à son habitude, les Marseillais imprègnent leur pressing qui fait si mal à l’adversaire. Malgré cela, ce sont les Messins qui se montrent le plus dangereux sur corner

Le leader Marseillais, pour le dernier match de la 17e journée, affrontait le FC Metz sur sa pelouse pour récupérer sa place de leader suite à la victoire du PSG.

Comme à son habitude, les Marseillais imprègnent leurs pressings qui fait si mal à l’adversaire. Malgré cela, se sont les Messins qui se montrent le plus dangereux sur corner

Le leader Marseillais, pour le dernier match de la 17e journée, affrontait le FC Metz sur sa pelouse pour récupérer sa place de leader suite à la victoire du PSG.

Comme à son habitude, les Marseillais imprègnent leurs pressings qui fait si mal à l’adversaire. Malgré cela, se sont les Messins qui se montrent le plus dangereux sur corner où Mandanda manque sa sortie mais sans conséquence (19e). Et juste avant la pause, Gignac, parfaitement servi par Payet, place sa tête pour marquer le premier but du match (43e).

Cependan immédiatement après la pause, Florant Malouda permet à Metz de revenir au score, sa frappe aux 20 mètres étant dévié par N’Koulou (46e).

A la 59e minute Ayew redonne avantage sur rebond offensif. Puis Marseille contrôle avant de porter le coup de grâce par l’intermédiaire de Payet d’un subtil piqué. Marseille reste donc leader au soir de la 17e journée de ligue 1.

Mandanda manque sa sortie mais sans conséquence (19e). Et juste avant la pause, Gignac, parfaitement servi par Payet, place sa tête pour marquer le premier but du match (43e).

Cependant immédiatement après la pause, Florent Malouda permet à Metz de revenir au score, sa frappe au 20 mètres étant dévié par N’Koulou (46e).

A la 59e minute Ayew redonne l’avantage sur un rebond offensif. Puis Marseille contrôle avant de porter le coup de grâce par l’intermédiaire de Payet d’un subtil piqué. Marseille reste donc leader au soir de la 17e journée de ligue 1.

Mandanda manque sa sortie mais sans conséquence (19e). Et juste avant la pause, Gignac, parfaitement servi par Payet, place sa tête pour marquer le premier but du match (43e).

Cependant immédiatement après la pause, Florant Malouda permet à Metz de revenir au score, sa frappe au 20 mètres étant dévié par N’Koulou (46e).

A la 59e minute Ayew redonne avantage sur rebond offensif. Puis Marseille contrôle avant de porter le coup de grâce par l’intermédiaire de Payet d’un subtil piqué. Marseille reste donc leader au soir de la 17e journée de ligue 1.

Dans les autres rencontres de Ligue 1, Saint-Etienne plonge encore un peu plus Bastia dans la crise. Les Verts s’imposent 1-0 suite à un lob de Ricky Van Wolfswinkel (58e).

Rennes, qui était sur une très belle série de 4 victoires d’affilée, s’incline lourdement face à des Montpelliérains très efficaces. C’est d’abord Martin qui ouvre le score d’un tir du plat du pied sur un contre bien mené par Lasne (23e). Morgan Sanson double la mise d’une passe décisive de Mounier qui l’a vu s’engouffrer dans la surface Rennaise (55e). Puis, Barrios (60e) et Mounier (90+2e) achèvent à leur tour une équipe de Rennes qui aura complétement sombré.

Dans un match spectaculaire qui opposait Lorientais et Bordelais, ce sont ces derniers qui s’impose 3 buts à 2. Pourtant ce sont Lorient et Jeannot qui ouvrent la marque à la 31e.

Dix minutes plus tard, Kahzri égalisera bien aidé par la sortie ratée de Lecomte.

Le Goff redonnera l’avantage au Merlus d’un tir croisé en se présentant seul face à Jug (50e).

Et il fallut attendre le sauveur Diabaté qui en l’espace de 2 minutes, permis à Bordeaux de gagner 3-2.

C’est sur le même score que Nice s’impose sur la pelouse de Caen. Amavi inscrit le premier but (32e) avant que Duhamel n’égalise sur pénalty (39e).

Juste avant la pause, Nangis permet à Caen de prendre la tète sur une belle action individuelle (45e).

Finalement Bauthéac sur pénalty (64e) et Pléa (74e) donneront la victoire à l’OGCNice.

Trois buts à deux, c’est aussi le score final du match Evian-Lyon qui lui aussi fera débat.

Tout commença bien pour Evian qui marque en premier sur un coup franc non pas de Daniel Wass blessé pour l’occasion, mais de Cédric Barbosa (29e) qui s’offrira d’ailleurs un doublé  dans ce match (64e). Mais les Gones ont du répondant et revienne dans le match par l’intermédiaire de Benzia (63e) et Lacazette (81e).

Vint ce moment de doute pour l’arbitre et de colère pour Pascal Dupraz : en effet, Mr Turpin désigne le point de pénalty suite à une main peu évidente de Thomasson à la 94e minute , penalty transformé par Lacazette.

Dans le derby du Nord, pauvre en occasion, les deux équipes Lens et Lille ressortent du Stade de France, , le match avec un score nul.

Sur une très belle action collective, Idrissa Gueye ouvre le score dès la reprise de la seconde période (47e).

Mais la générosité Lensoise sera finalement récompensée tardivement d’un but de la tête de Coulibaly.

Enfin, Guingamp a battu Reims a l’extérieur, encore une fois sur le score de 3-2.

Charbonnier est l’auteur du premier but (6e) avant que Jacobsen d’une superbe volée en dehors de la surface égalise (33e).

Mandanne profite d’une faute de main de Placide pour donner l’avance à son équipe (47e) mais Oniangé à son tour égalise (68e). Ce sera Beauvue qui permettra à Guingamp de repartir de Reims avec les trois points.

Cette journée aura été riche en but mais malheureusement pour le spectacle, aura été entachée par des jugements arbitraux qui ne manqueront pas de faire débat.

Nino

Laisser un commentaire