1050038_borussia-dortmund-klopp-assume-la-defaite-DORTMUND-KLOPP-041014-250556

Dortmund dans le dur

Derrière les airs de grand empire du Bayern Munich, il existe un petit village d’irrésistible gaulois… de la Rhur. Le Borussia Dortmund, c’est l’autre challenger d’Allemagne, avec ces airs moins oppresseur plus convivial que son compatriote munichois, Dortmund se pose en parfait antagoniste du tout puissant Bayern pendant longtemps. Sous l’impulsion du coach Klopp ainsi qu’une génération de joueur assez incroyable, le tout raccord avec l’engouement historique derrière le club: Dortmund après avoir frolé la faillite revint avec fracas sur le devant du foot européen. Le champion 2011 et 2012, ainsi que finaliste de ligue des champions 2013, voit à l’aurée de cette nouvelle saison la fin de l’euphorie épique avec à la mi saison une lugubre 17e place.

L’histoire de Dortmund est forte de vraies épopées. Créé en 1909, elle connue un succès relatif ponctuée notamment d’une C2 en 1966 et un peu plus récemment la victoire ligue des Champions de la génération dorée avec Matthias Sammer (Ballon d’or) ou encore Jürgen Kohler et Andreas Möller (Beaucoup d’entre eux ayant joué en Serie A), le tout dirigée par Ommar Hitzfled. Mais voilà après cette magnifique épopée de la bande à Sammer, la génération dorée prend fin et la vague de transferts (dont Tomàs Rosicky, Jan Koller, Amoroso ou Evanilson) dans le nouvel esprit « foot business » du moment n’amène pas durablement la continuité désirée. Le club tombe dans un lent marasme et les lourds investissements de la direction du club pour maintenir la « flamme » de la génération dorée ne font effet ni sportivement ni financièrement, rapprochant dangereusement le club (Accompagné par la faillite d’un important sponsor et des méandres boursiers ) de la faillite bancaire. L’avenir s’assombrit petit à petit avec la blessure de joueur majeurs, des départs et des restriction budgétaire drastique.
Le vrai renouveau du club arrive avec la mise en poste de Klopp lors de la saison 2008 – 2009, qui arrive avec à stabiliser la situation en championnat et sur la scène européenne sur cette exercice. S’ensuit un rajeunissement de l’effectif avec notamment les début de beaucoup de jeunes talents comme (Grosskreutz, Gotze, Schmelzer, Hummels ou autre Bender) qui sont devenus les joueurs que nous connaissons actuellement
Le Dortmund que nous connaissons a fais sa réputation sur un jeu prônant la vitesse (Passes rapides) et l’engagement (Pressing haut et agressif), souvenez vous des saisons 2011 – 2012 avec Götze – Lewandoski – Kagawa puis 2012 – 2013 avec Götze – Lewandoski – Reus, forcément une telle philosophie du jeu avais du sens.
Mais marqué par le départ de ces cadres offensifs (Götze & Lewandoski) vers l’ennemi intime qu’est le Bayern Munich, c’est une partie de l’âme du groupe qui semble s’en être allée. Dès lors on remets en question le choix de Klopp d’insister sur ce schéma qui laisse beaucoup d’espaces derrières pour des contre-attaques, en résulte que Dortmund a pris 26 buts ce qui est vraiment élevé à ce stade de la compétition. La défense friable du BVB ne mets pas en confiance les attaquants qui s’en vont exercer un pressing haut mais dénué d’intensité. Le jeu de Dortmund est bien beau mais se jeter dans la bataille à pleins poumons marche quand on pense etre le outsider mais une fois que nos adversaires jouent avec plus de prudence, on s’expose pleinement à des revers douloureux. Un style de jeu avec plus de maitrise ne serait t-il pas plus avérée au vu de la qualité de l’effectif et de l’essouflement du schéma mis en place ? La remise en question du jeu, touche directement la responsabilité de l’entraineur qui, malgré la confiance et la sympathie des fans ainsi que de la direction, vois son crédit s’effriter au fur et à mesure.

Cependant la rupture de rythme est incompréhensible vu que la plupart des postes clé sont tenus par des joueurs qui connaissent la maison comme Gundogan, Bender, Subotic, Hummels ou encore Reus. Si Dortmund a su conserver son ossature malgré l’attractivité de ces joueurs, la seule thèse plausible semble etre une fin de cycle. De plus, si les cadres ne sont pas haut niveau on se doit de reconnaitre que les arrivés au mercato du BVB (Pourtant très judicieuse) ne prennent pas. Les joueurs recrutés principalement dans le secteur offensif ne font pas forcément preuve de l’efficacité requise. La paire Immobile – Aubameyang n’a que 8 buts a son actif en championnat, pas assez pour combler les attentes et encore moins les lacunes défensives de l’équipe. Marco REUS est blessé, Kagawa et Mhkitarian ne sont pas à leur niveau. Forcément être la quatorzième attaque du championnat avec 18 réalisations soit la moitié que l’an dernier à la meme années… ça fais réfléchir.

Rien ne va à Dortmund finaliste de la ligue des champion un jour puis relégable le suivant. Cependant, on ose croire à un comeback du BVB (Plus probable que celui de Fernando Torres) et puis après tout pourquoi pas ?

Parce que c’est dans l’ADN du club d’être dans une mentalité d’outsider, on peut voir que parmis toutes les émotions que montrent le groupe, l’agacement n’en est pas une. Les joueurs s’étaient, au vu de leur parcours européen et de la dernière coupe du monde (Qui a décidément fais beaucoup de mal), peut-etre vu un peu trop beau et la trève va leur permettre de souffler pour sortir la tête du guidon et réajuster l’ajustable.
On sait que la direction et le staff veulent rester ouvert à des idées différentes sur le terrain tout en gardant l’identité du club, on a vu récemment Klopp aligné un 3-5-2 inédit face au Werder Breme et d’ailleurs en ligue des champions un 4-4-2. Malgré cela le Borussia va vraisemblablement etre actif sur les prochains mercatos, avec des arrivées mais aussi des départs, déjà car certaines vélléités de départ se feront sentir à l’approche de fin de contrat et aussi pour réadapter tactiquement le groupe, d’ailleurs on me dit dans l’oreillette que Kevin KAMPL (Milieu Offensif de 22 ans anciennement du RB Salzbourg) vient d’officialiser son arrivé prochaine dans la Rhur.

Le faux pas n’est pas inimaginable pour Dortmund mais c’est dans les moments difficiles qu’on voit la vrai valeur d’un projet. La position de relégable est indigne d’une équipe de la qualité de Dortmund et d’ailleurs la relégation mettrais sérieusement du plomb dans l’aile du projet sportif. Jurgen KLOPP, bien qu’adoubé par ses pères, est dans une situation qui doit lui permettre de prouver tout le bien qu’on pense de ces qualités de coach, et d’ailleurs il en est de meme pour les cadres techniques (Gundogan, Mhkitarian, Reus, Kagawa) qui doivent prendre le jeu à leur compte pour tirer le reste vers le haut.
Et puis la Bundesliga serait vraiment sans intéret si il n’y avait personne pour contester le tout-puissant Bayern Munich.

Laisser un commentaire